Tuto-tonneau-speedriding-speedflying

Les tonneaux, ou barrel rolls

Nos conseils pour effectuer les tonneaux en speed-riding ou en speed-flying avec un max de sécu.

RESPONSABILITÉ : Le but de cet article n’est pas de vous encourager à effectuer des manœuvres engagées, mais plutôt de vous informer sur les risques, et donner des conseils qui vous éviteront peut-être de faire des erreurs qui pourraient mettre votre vie en danger.

 

INTRODUCTION

Le fameux tonneau, ou encore barrel roll… Un incontournable dans le milieu du speed !
Sur un site dédié au speed flying et speed riding, nous nous devions d’en parler.

Les informations suivantes sont partiellement basées sur contenu traduit de www.schnellcraft.com et sont utilisées avec la permission de www.schnellcraft.com , vous pouvez d’ailleurs lire l’excellent article en suivant le lien.

If you don’t speak french, you’ll find here a very good article about barrel rolls :

http://www.schnellcraft.com/index.php/knowhow/114-barrel-roll-secrets

Tout d’abord, le tonneau est une figure acrobatique qui n’est pas sans risques et qui, si elle est mal effectuée, peut vous coûter la vie.
Il ne faut pas voir le tonneau comme une étape obligatoire dans sa progression de speed flyer ou de speed rider, et ne pas se laisser influencer par l’effet Youtube, GoPro, etc…
Beaucoup de pratiquants, même de très bon niveau, préfèrent ne pas prendre le risque d’en faire.

En visionnant cette vidéo, vous vous rendrez compte qu’un tonneau raté peut avoir de graves conséquences, même si le pilote en question s’en sort relativement bien grâce à une neige abondante.

Voici la traduction des commentaires du pilote, que nous remercions de partager avec nous son expérience :

« J’ai posté cette vidéo pour aider d’autres speed riders, pas pour montrer ma stupide erreur. Je n’avais pas les capacités d’effectuer un barrel roll ; je suis un pilote d’hélicoptère, d’avion et parachutiste, et l’espace d’un instant,  j’ai oublié de montrer du respect et de l’humilité face à cette discipline, et d’apprendre pas à pas. J’ai eu beaucoup de chance. J’ai seulement souffert d’un choc à l’épaule gauche et de petites égratignures sur le visage. Je m’excuse envers tous mes amis et ma famille. L’année prochaine, je serai prêt à recommencer avec humilité mon apprentissage de speed rider. Merci Stefano « .

Beaucoup de speed flyers souhaitant réaliser leurs premiers tonneaux décident d’enfoncer la commande d’un côté ou de l’autre, en espérant que ça passe… et souvent ça passe ! Mais le résultat peut aussi être le décrochage de la demi-aile et un départ en autorotation, qu’il est presque impossible de contrôler sur une aile de petite surface.

LA THEORIE

Roll, barrel roll et spirale horizontale :

Les termes  « barrel roll » (tonneau barriqué) et « roll » (tonneau) sont erronés. En ce qui concerne le speed flying, cette manœuvre est en réalité une spirale horizontale, l’axe de rotation se trouvant entre l’aile et le pilote.

Barrel roll / Tonneau barriqué = rotation autour de l’axe horizontal au-dessus de l’aile :

Roll / Tonneau = Rotation autour de l’axe horizontal au niveau de l’aile :

« Tonneau / Barrel Roll » en speed flying :

L’axe de rotation est entre l’aile et le pilote, le terme « tonneau » n’est pas approprié car il s’agit d’une spirale horizontale.

Mais ce n’est qu’une affaire de précisions, car cela ne nous empêchera pas de continuer d’appeler cette manœuvre « tonneau » 😀

 

LA PRATIQUE

Maintenant passons à la pratique. Comment faire un tonneau avec un maximum de sécurité ?

Rappelez-vous qu’il s’agit seulement de conseils de pratiquants à pratiquants, nous ne sommes pas des professionnels et il s’agit là uniquement de notre avis, nous ne détenons pas la vérité absolue.

Pour ceux qui ont l’habitude de voler à pied avec leur aile de speed, on pense qu’il est préférable de faire ses premiers tonneaux à pied plutôt qu’à ski, car on laisse souvent partir les jambes, et avec les skis cela à tendance à accentuer l’effet de twist et peut s’avérer dangereux. En cas de gros vrac, les skis pourraient même couper vos suspentes, comme nous pouvons le constater dans la vidéo ci-dessus.
Mais pour ceux qui ne volent pas à pied avec leur aile de speed, ne vous forcez pas et ne prenez pas de risques inutiles. Prenez quand même un parachute de secours et choisissez un spot avec un maximum de hauteur (quelques centaines de mètres), afin qu’il ait le temps de s’ouvrir si toutefois vous aviez besoin de le tirer…
Et pensez à tenir vos jambes en contractant les abdos !

Tout d’abord, la base est de savoir réaliser des 3-6 et des beaux wing overs. Si vous volez en parapente ou en grande mini, entraînez-vous avec. Ces voiles sont plus exigeantes et vous apporteront des réflexes utiles avec des petites surfaces.
Les wings overs  notamment, sont plus exigeants avec des grandes voiles et on comprend vite qu’il faut » tenir » l’extérieur, et cela vous servira pour les tonneaux.

Les acrobates de parapente utilisent les 3-6 et les wings overs pour donner à leur aile l’énergie nécessaire pour réaliser des figures.
C’est la même chose en speed flying, sachant que plus la voile est grande (ou plus la charge alaire est faible, pour être plus précis), plus il faudra donner d’énergie et donc de vitesse à l’aile.

Avec une bonne maîtrise des wing overs, on peut quasiment faire des tonneaux avec un parapente.
Donc avant de vous lancer dans vos premiers tonneaux, apprenez à être à l’aise avec les wing overs et les tonneaux.
Une fois que vous êtes à l’aise avec les wings et les 3-6 et que vous vous sentez prêts, prenez un parachute de secours, choisissez un spot avec du gaz et des conditions aérologiques calmes.

Première méthode, qui est pour nous la plus facile et la plus sûre :

Enchaînez de beaux wings, et quand vous le sentez, laisser un wing s’amplifier en insistant un peu plus sur la commande intérieure (en principe pas besoin de bourriner), retenez un peu moins l’extérieur au début de la rotation et le wing se transformera en tonneau. Remettez un peu de commande extérieure sur la deuxième partie de la rotation pour calmer l’inertie.

 

Deuxième méthode, tout aussi efficace mais plus difficile à réaliser progressivement :

Si vous maîtrisez bien les 3-6 et que vous êtes capables de faire de belles sorties bien axées, en sortie de 3-6, lorsque l’aile repasse au-dessus de votre tête, envoyez à la commande avec un peu de sellette du coté opposé et ça tourne. Un peu de commande extérieure en 2e partie de rotation pour l’atténuer, et voilà !Si vous n’attendez pas que votre aile repasse au-dessus de votre tête, elle sera en plein piqué et risque de se placer face au sol, entraînant une perte d’altitude très importante.Et si vous attendez trop, votre aile cabrera, perdra de sa vitesse et c’est le risque de décrochage si vous enfoncez trop brutalement la commande.

Quelle que soit la méthode, il vaut mieux être un peu timide sur la commande, quitte à ce que ça ressemble à un 3-6, plutôt que de risquer le décrochage de l’aile. Souvenez-vous quand même que la perde d’altitude est importante en 3-6, donc gardez de la marge.

Et même si vous n’avez pas de skis aux pieds, pensez encore une fois à tenir vos jambes et à contracter les abdos, pour éviter l’effet de twist.
Pensez aussi à garder le regard droit, de face, comme si vous vouliez tourner autour de l’axe de votre regard.
Souvenez-vous que c’est la vitesse qui donne à l’aile l’énergie de faire un tonneau.

ENCHAÎNER LES TONNEAUX

Pour les premiers, entraînez-vous à n’en faire qu’un et à bien stabiliser la sortie.
Un fois que vos sorties seront propres, vous pourrez profiter de l’énergie et du roulis inverse pour envoyer le suivant dans l’autre sens, et ainsi de suite.
C’est très rapidement grisant, et si on le fait bien, on perd assez peu de hauteur. Mais ne vous enflammez tout de même pas, et pensez à garder du gaz.

Demi-tonneau :

Il s’agit plus exactement d’un 3-6 dont le début de la rotation va se faire très rapidement, comme un tonneau ou un wing over.Une fois le tonneau engagé, stoppez la rotation en retenant l’extérieur plus tôt qu’à l’habitude, comme pour un wing over.L’aile va alors plonger face au sol (ne relevez pas trop brutalement les mains pour éviter la frontale) et en remettant de la commande intérieure, vous allez finir la rotation en 3-6. Mais attention à la perte d’altitude !

Tonneau dans la ressource :

Une fois que vous serez bien à l’aise avec le tonneau, vous verrez qu’il est aussi possible de le faire dans la ressource. En sortie d’un 3-6, ou d’un autre tonneau un peu plongeant qui nous donne une bonne vitesse, par exemple.En enfonçant simultanément les deux commandes, puis plus fortement l’intérieure, la rotation reste assez lente, mais profitant du léger gain de hauteur, on perd finalement assez peu d’altitude.Cependant n’attendez pas de ne plus avoir de vitesse, car encore une fois, c’est le risque de décrochage.Avec certaines ailes de speed de petites surfaces, qui possèdent de base une bonne ressource aux commandes, une prise de survitesse n’est pas toujours nécessaire, mais là on rentre dans des manœuvres bien engagées alors ne grillez pas les étapes et souvenez-vous que les pilotes qui envoient très bas dans les vidéos on souvent une grosse expérience et pas beaucoup de marge de sécurité.

CONCLUSION

Voilà, on espère que ces conseils vous seront utiles, et si vous avez des questions, on se fera un plaisir d’y répondre. Et si vous n’êtes pas d’accord avec nous, dites-le aussi !

Quoiqu’il en soit, restez humble, le speed est un sport engagé et on souhaite que vous le pratiquiez longtemps. Alors ne grillez pas les étapes, respectez la nature, gardez vos marges de sécurité et n’oubliez pas l’adage : « un bon pilote est un vieux pilote ».  

Bon vol et à bientôt sur un déco 😉

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACT

Contactez-nous / Contact us

En cours d’envoi

2018 © Abovethepines

commodo odio libero ipsum velit, dictum

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account