Comment débuter le speed-flying ?

Comment débuter le Speed-flying ?

Le speed flying est une pratique extrêmement dangereuse qui demande une grande expérience de vol.
C’est une discipline marginale et il existe à l’heure actuelle très peu de structures qui l’enseignent. Voir notre rubrique les écoles.

Il est très fortement conseillé d’acquérir un bon niveau de speed-riding, de bonnes bases en parapente ou en mini-voile ainsi que de bonnes connaissances aérologiques avant de s’engager dans le speed-flying.

Si vous comptez pratiquer le speed-flying l’été, sachez que les conditions aérologiques sont bien différentes,  plus complexes et souvent plus difficiles que celles d’hiver. En été, beaucoup de facteurs entrent en jeu, notamment les brises et les thermiques.
Le speed-flying se pratique dans des conditions calmes pour plus de sécurité et il faut être à même de les analyser pour ne pas se retrouver à voler dans une aérologie turbulente.

À voir, notre rubrique Météo

Comment débuter le vol de proximité (speed-flying) si vous êtes speed-rider, parapentiste ou autre ?

Si vous êtes speed-rider

Le speed-riding a l’avantage de vous avoir appris la maîtrise d’une aile de petite surface, rapide et vive.

Mais pour voler en été, même avec un bon niveau de speed-riding, nous vous conseillons de vous intéresser de près à l’aérologie, surtout si vous n’avez pas d’expérience en parapente.
Les moniteurs de parapente sont très calés et sauront vous conseiller, car l’aérologie ne s’apprend pas du jour au lendemain.

Décoller et poser à pied avec son aile de speed-riding n’est pas simple, surtout si elle est de petite surface. L’idéal est de débuter avec des ailes adaptées.

Les ailes de speed-flying sont souvent de surface un peu supérieure et leur comportement est assez proche de celui d’une aile de speed-riding.
Les phases les plus dangereuses étant le décollage et l’atterrissage, il est préférable de commencer avec une aile de plus grande surface — quitte à diminuer progressivement en taille — que de se faire peur ou même mal à vouloir voler avec une aile trop petite.

Dans notre rubrique Comment choisir son aile ?, vous trouverez des conseils pour vous aider à y voir plus clair.

Si vous ne comptez pas pratiquer le speed-flying régulièrement, il sera d’autant plus sage de voler sous une aile adaptée qui pardonnera plus facilement les petites erreurs que votre aile de speed-riding.

Mais si malgré tout vous tenez vraiment à commencer directement avec une aile de speed-riding, voici quelques conseils :  

– veillez à très bien connaître votre aile
– qu’elle ne soit pas trop petite
– entraînez-vous à décoller et à poser à ski comme si vous étiez à pied
– tentez vos premiers décos à pied sur neige damée ou herbe (sans rochers)
– choisissez un spot adapté : une belle pente ni trop plate, ni trop raide
– attendez que les conditions soient bonnes : vent de face mais conditions calmes
– choisissez un grand atterro sans obstacle, propice à courir ou glisser sans se faire mal

Si vous êtes parapentiste

Vous avez un niveau confirmé de parapente, vous n’êtes pas skieur, ou en tous cas vous ne voulez pas faire de speed-riding, mais le vol de proximité (speed-flying) à pied vous tente ?
Si vous êtes plutôt intéressé par le soaring ou le vol rando, vous trouverez des informations ici.

Dans un premier temps, c’est surtout le choix de l’aile qui va avoir son importance.
Comme en parapente, voire plus encore, chaque voile a un comportement qui lui est propre, et deux ailes de même surface pourront avoir un comportement diamétralement opposé.

Même si les ailes de speed-flying sont les plus adaptées au vol de proximité, les parapentistes sont en général plus à l’aise avec des ailes de type mini-voile car leur comportement est plus proche de celui d’un parapente. Le ailes de speed-flying sont souvent piqueuses, très rapides et avec un fort taux de chute en virage.
On peut tout à fait se rapprocher du sol avec une mini-voile, et elle aura l’avantage d’être plus polyvalente qu’une aile de speed-flying.

L’allongement et la surface devraient vous donner une bonne idée du comportement, sachant qu’il est souvent préférable de diminuer l’allongement en diminuant la surface.
Au départ, ne dépassez pas les 5 ou 6 de charge alaire.
Il sera préférable de commencer avec une aile assez grande et diminuer progressivement, quitte à perdre de l’argent, plutôt que de griller les étapes et de se faire peur, mal, ou pire encore !

Pour vous aider à y voir plus clair, vous trouverez des conseils dans notre rubrique Comment choisir son aile ?.

Le pilotage d’une aile de petite surface est proche, mais différente d’un parapente. Alors voici quelques conseils pour vos premiers vols :

– faites du gonflage pour vous familiariser avec l’aile
– choisissez un spot adapté : une belle pente ni trop plate, ni trop raide
– attendez que les conditions soient bonnes : vent de face mais conditions calmes
– pour le décollage : bonne course d’élan et prise de vitesse bras hauts
– attention à la perte d’altitude en virage (surtout en approche)
– attention au manque de finesse selon les modèles
– choisissez un grand atterrissage, sans obstacles et propice à courir ou glisser sans se faire mal
– Posez avec une finale bras hauts et faites un arrondi assez tardif mais profond

Si vous n’êtes ni parapentiste ni speed-rider

Pour ceux qui n’ont aucune notion de vol ou de voile, commencez par apprendre le parapente, le speed-riding ou rapprochez-vous d’une école de mini-voile.

Si vous venez d’un autre milieu tel que le parachutisme ou le kite et que vous ne voulez vraiment pas passer par le speed-riding ou le parapente, nous vous conseillons de prendre au moins quelques cours dans une des rares écoles qui enseignent la mini-voile. Et surtout, de ne pas débuter avec une aile trop petite. Privilégiez les ailes de type mini-voile, qui sont plus accessibles, ou au moins de type speed-flying mais de grande taille.

Même si en tant que parachutiste vous avez l’habitude de poser avec des ailes de chute de très petites surfaces, vous allez évoluer dans un milieu vraiment différent, devoir décoller à pied, poser dans des atterrissages plus petits, etc…
Nous vous conseillons fortement de ne pas griller les étapes, bon nombre de parachutistes se blessent malheureusement en speed-flying.

Dans notre rubrique Comment choisir son aile ? vous trouverez des conseils pour vous aider à y voir plus clair.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACT

Contactez-nous / Contact us

En cours d’envoi

2018 © Abovethepines

c07a941f07b71b14cac406c90732f125%%%

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account